La naissance de la flibuste

 

Les précurseurs

Les épices  sont très prisées en Europe depuis le Moyen-âge car elles améliorent le goût des aliments et conservent la viande. Pourtant on les connaissait depuis bien longtemps chez les grecs et les romains. Pour les ramener, deux routes: de l'extrême-Orient aux côtes méditéranéennes par la " route de la soie" ou d'Extrême Orient à l'arabie par bateau puis les chameaux prennent le relais. Au 10ème siècle, on en vend à Gênes et Venise. Mais les sultans égyptiens en demandent une fortune et les pirates barbaresques pullulent en méditérranée. Que faire? Trouver une autre route pour les éviter. 

Mais à cette époque, nul ne se hasardait sur l'océan: on lui prêtait toutes sortes de dangers terrifiants (monstres mythologiques notamment). Seuls les arabes avaient accès à des îles du sud de la Chine et ramenaient clous de girofle et noix de muscade depuis le 8ème siècle . Au 12ème siècle, d'énormes jonques chinoises venaient vendre des épices dans le golfe persique.

 Les marins portugais en 1434 dépassent leur peur et franchissent la pointe de l'Afrique. Puis ils explorent l'Afrique occidentale. En 1460, un commerce fructueux est mis en place. 

En 1493, Christophe colomb revient de ce qu'il croit être les Indes. Mais un portugais, Bartholomeu Dias demande lui aussi à faire une expédition. Le pape, consulté, afin de préserver la paix entre chrétien et de faire front face à l'islam décide que les terres seront partagées entre le Portugal et l'Espagne (traité de Tordesillas en 1494) . C'est pourquoi on parle portugais au brésil et espagnol ailleurs. Les monarques exclus de ce partage sont fous de rage.

Les français décident alors de "courir sus" aux portugais et aux espagnols sur les voies maritimes des Indes occidentales et orientales. Les français interceptent des caravelles chargées de trésors (dont le fabuleux trésor des aztèques de Cortès et ses cartes maritimes en 1523). Après ce désastre, les espagnols ordonnent que les vaisseaux de cent tonneaux ne traversent plus l'océan et que les navires soient armés, transportent des soldats et soient escortés de galions.

 

La naissance de la flibuste 

Les richesses de ces mondes lointains attirent des hommes cruels mais courageux. Les déshérités et mécontents de toutes classes partent vers les Antilles et autres territoires encouragés par la France et la HollandeCes aventuriers anglais, français et hollandais se réunissent dans l'île de la Tortue au Nord de Tahiti.

On les appelle des flibustiers.Ils sont tolérés jusqu'à ce que la France, l'Angleterre et la Hollande, fatigués de leurs méfaits les forcent à rentrer dans le rang. Ceux qui refusent sont  déclarés hors-la-loi et deviennent des pirates. Leur âge d'or dure jusqu'à 1730.

Des hommes cohabitaient avec les flibustiiers. Ils avaient coutume de découper leurs ennemis en morceaux afin de les faire rôtir: c'était les boucaniers. On donna plus tard ce nom à des chasseurs européens qui faisaient de même avec du porc sauvage.

En 1626, Belin d'Estanbuc crée avec l'appui de Richelieu une compagnie destinée à faire profiter le pays des gains dû à la conquête des Amériques. Cette "compagnie de Saint-Christophe" devient bientôt "la compagnie des Isles D'Amériques" puis la compagne des indes occidentales" crée par Colbert en même temps que celle des Indes orientales.  

Chassé de l'île de Saint-christophe par les espagnols, Estanbuc reprit l'île et 80 des ses compagnons français et anglais s'établirent sur l'île de la tortue. Ils furent bientôt rejoints par des marins hollandais. L'île devint la base de tous ceux qui voulait attaquer les trésors espagnols: la flibuste était née.

Caractéristiques et règles des flibustiers et pirates de tout poil.

Le pirate, flibustier est un homme simple qui vit en marge de la société et impose ses propres règles. Les femmes sont exclues de leur communeauté.

Lers boucaniers comme dans la flibuste vivaient avec un compagnon de matelotage avec qui ils partageaient tout.

La fin de la flibuste?

Avec la succession de l'Espagne, au début du 18ème siècle, les flibustiers n'ont plus de prétexte pour attaquer les espagnols. Aux Antilles, la mise en place d'une organisation solide doté d'une puissante administration , l'établissement des colonies d'exploitation, attirant toujours plus de colons accroit les risques qu'ils prennent.

De nombreux flibustiers se tournèrent alors vers la route de l'Orient où des bateaux mal escortaient continuaient à transporter moultes richesses. Traqués dans les Antilles, ils devinrent pirates dans l'océan indien. Madagascar, que les grandes puissances n'avaient pas entièrement colonisé, devint leur base de prédilection. Au XVIIème siècle, leurs repaires furent  Saint-Dauphin et la petite île de Sainte Marie, située au nord-est de Madagascar.

Ma source pour cet article est un texte que j'ai résumé du site http://www.surcouf.net/leshommes/flibuste.html Pour de plus amples informations, n'hésitez pas à aller visiter cet excellent site.

.

 
.

 

.

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 .

 

.

 

 
 
.
. 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site