corsaire pirate flibustier

    Corsaire               

 

Un corsaire est un membre de l'équipage d'un navire corsaire, navire civil armé, généralement marchand, autorisé par une lettre de course (ou lettre de marque) à attaquer tout navire battant pavillon d'États ennemis, et particulièrement son trafic marchand.

Cette forme de guerre navale est appelée guerre de course.

 
La guerre de course

La guerre de course a souvent été utilisée par un belligérant pour pallier l'insuffisance de ses moyens à l'encontre d'un adversaire disposant de la suprématie navale.

C'est ainsi la stratégie des Français contre les Anglais pendant une grande partie du XVIIIe siècle et pendant les guerres de la Révolution et de l'Empire.

De même, au cours des deux guerres mondiales, la marine allemande arme des bâtiments marchands pour la guerre au commerce allié dans des théâtres secondaires où le trafic n'est pas organisé en convois (Océan Indien, Pacifique, Atlantique sud). Les aventures de ces corsaires seront généralement pittoresques mais sans grande conséquence sur le déroulement des deux conflits.

 

Navires corsaires

Les corsaires, à tort confondus avec les pirates, sont en quelque sorte des marins mercenaires. À ce titre, ils utilisaient des navires généralement de petite taille, rapides, manœuvrants et discrets pour exécuter des abordages en mer plus par surprise que par force. Lorsque la « fortune » leur souriait, ils pouvaient enlever des bateaux de fort tonnage  mais souvent marchands, peu propices à leur activité et qu'ils revendaient souvent.

 

Le butin

Llorsqu'un corsaire revenait à bon port avec une prise, il y avait vente aux enchères de cette prise. Le produit de cette vente était alors partagé entre les personnes ayant collaboré à la capture de l'ennemi dans l'ordre des priorités:

  • Le roi prenait entre 20 et 40 pour cent (c'est lui qui fournissait la lettre de marque).
  • Les frais (on payait la nourriture, la poudre, les munitions, ainsi que les réparations faites durant le voyage).
  • Les veuves et les blessés (Les veuves prenaient deux fois la part de leurs défunts maris, et les blessés avait une indemnité, fixée au départ en fonction de la partie du corps manquante, en plus de leur part).
  • L'armateur prenait ensuite 50 pour cent du reste.
  • Enfin, chaque homme avait sa part en fonction de sa place dans l'équipage (le mousse=demi-part, le capitaine=25 parts, le chirurgien=25 parts etc…)

                                                                                                                       

 Pirate  

Le mot pirate vient du mot grec πειρατης qui vient à son tour du verbe πειραω signifiant « s'efforcer de », « essayer de », « tenter sa chance à l'aventure ».

Un pirate est une personne qui pratique la piraterie. La piraterie est la pratique, aussi vieille que la navigation, qui a pour objet l'attaque d'une embarcation dans le but de voler son chargement, et parfois le bateau tout entier. Cependant, les pirates ne se limitaient pas seulement aux autres bateaux mais parfois attaquaient des petites villes côtières. Le mot « pirate » est rattaché aux actions en mer sans l'aval d'une nation souveraine, contrairement aux corsaires, capitaines d'embarcation privée travaillant pour le compte d'une nation ou d'une personne importante dans la société. La piraterie maritime connut son apogée durant le XVIIIe siècle puis a peu à peu disparu, dû au pouvoir grandissant des nations sur toutes les régions du monde. Beaucoup d'anarchistes se sont inspiré de la philosophie des pirates qui consistait à s'exiler de toute nation afin de mener une vie plus libre.

Malgré son origine maritime, le mot pirate est mentionné dans des contextes différents, tels que les « pirates de la route », que l'on appelait autrefois « voleurs de grand chemin ».

Les pirates des siècles passés sont imaginés menant une vie romantique de rebelles intelligents et rusés, agissant en groupe en dehors de la vie régie par les lois et les obligations, telle que nous la connaissons aujourd'hui. En réalité, peu de pirates mangeaient à leur faim ou devenaient riches, la plupart sont morts jeunes, car les provisions emportées étaient infestées de rats et d'autres petites bêtes.

Toutefois, certains aspects de l'organisation des pirates sont surprenants. Contrairement aux sociétés occidentales de l'époque, de nombreux clans de pirates fonctionnaient comme des démocraties limitées : on élisait et remplaçait les dirigeants, par exemple. Le capitaine d'un bateau pirate était souvent un combattant féroce en qui l'équipage avait confiance, plutôt qu'un chef autoritaire issu d'une élite aristocratique. C'était souvent le maître de timonerie, surnommé « le second » ou « le bosco », qui était responsable de l'équipage et qui était chargé de faire régner l'ordre jour après jour, sauf pendant les batailles où c'est le capitaine qui donnait les ordres.

De nombreux groupes de pirates partageaient tout le butin qu'ils obtenaient, en suivant un schéma plutôt compliqué dans lequel chaque homme recevait la part qui lui était réservée. Les pirates blessés au cours d'une bataille recevaient même parfois une prime spéciale. De plus, plusieurs ouvrages relatent le rapport de force très juste entre le capitaine d'un navire et les autres lors d'une victoire. En effet, le butin était partagé de manière à ce que le capitaine reçoive autant que les autres, tout au plus 1,5 fois ou deux fois plus que les autres, mais jamais plus.

Les pirates avaient choisi d'être bannis des sociétés traditionnelles, notamment parce que la vie de marin était particulièrement pénible, dangereuse et que la discipline à bord était particulièrement dure. Nombres de marins n'avaient pas réellement choisi ce métier, soit qu'ils aient été vendus comme mousses à un capitaine, ou qu'ils aient été enrôlés de force par la presse, un système largement employé par les Britanniques. Il arrivait souvent qu'ils libèrent des esclaves trouvés dans les navires capturés, les incorporant à leur équipage ou les déposant à terre.

Cependant, ces pratiques égalitaires ne se limitaient qu'à très peu des aspects de la vie des pirates, et n'atténuaient pas réellement la rudesse de leur mode de vie.

 Flibustier  

Les flibustiers sont des aventuriers qui, aux XVIeet XVIIes, écumaient les côtes et dévastaient les possessions espagnoles en Amérique.

 

Ethymologie

Le mot flibustier est dérivé de l'anglaisfilibuster, qui vient probablement du néerlandaisvrijbuiter (« qui fait du butin librement »). Certaines sources citent comme origine le mot flyboat (vaisseau qui vole), d'autres préfèrent free booter (libre pillard), et font remonter leur pratiques aux traditions de la soldatesque en Europe.

 

Définition

Les flibustiers comptaient parmi leur nombre des Anglais, des Hollandais et des Français Huguenots. Ils se distinguaient des pirates par le fait qu'ils se mettaient au service des États en acceptant de se battre sous lettre de marque et aussi par leur utilisation comparativement restreinte des bateaux. C'étaient essentiellement des terriens, pour qui le bateau était un moyen de transport plutôt qu'un outil de combat. Leurs actions les plus spectaculaires réunissaient des armées de plus de mille hommes pour attaquer et rançonner les villes espagnoles.

 

.

 

 Boucanier  

Un boucanier (de boucan, gril ou claie de bois, viande fumée dans le Langues caraïbes dialecte des indiens des Caraïbes) est à l'origine un coureur des bois de Saint-Domingue qui chassait les bœufs sauvages pour en boucaner la viande (c'est-à-dire la sécher à la fumée).

Ce qui a donné par extension : écumeur de mer, pirate qui infestait l'Amérique. Il s'agit d'aventuriers français, normands, qui vers la fin du XVIe siècle, allèrent s'établir dans l'île de Saint-Domingue, alors aux Espagnols, et y vécurent longtemps en chassant des bœufs sauvages dont ils préparaient la peau pour la vendre en Europe.

Les Espagnols ayant exterminé les animaux qui faisaient le principal objet de leur commerce, ils n'en restèrent pas moins dans l'île, y formèrent des établissements et se livrèrent à la piraterie. La France les reconnut et leur envoya un gouverneur en 1665.

Source issue de Wikipédia . Pour plus d'informations :

Pirate,

Corsaire

Boucanier

Flibustier

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×